Manger de la viande en restant végétalien (… aucune vie animale impliquée!)

Sans blague, il est maintenant possible de manger du “boeuf haché” sans devoir mettre fin aux jours d’une bête sans défense! J’ai décidé de vous présenter cette innovation alimentaire plus en details dans une capsule vidéo que vous pourrez visionner en cliquant juste ici.


 Il y a plusieurs mois de ça, je suis tombée sur un article au sujet des Impossible Burgers, soit, des hamburgers composés d’une galette de soya, de pomme de terre, de noix de coco et de blé texturé ressemblant à s’y méprendre à de la viande hachée. Un extérieur grillé et croustillant, un centre juteux et, bien sûr, la saveur caractéristique nous rappelant les partys BBQ de quartier. Pour un meilleur aperçu de ce qui nous attend peut-être dans quelques années, passez voir le site web d’Impossible Foods et visionnez l’extrait vidéo. C’est assez impressionnant, je vous le promets!

Pour ce qui est de la valeur nutritionnelle, c’est plutôt “réglo”. Vous trouverez le tableau des valeurs nutritionnelles ci-bas si vous désirez y jeter un coup d’œil.

Cependant, avant de considérer ce produit comme miraculeux, nous devons garder en tête son niveau élevé de transformation. Il faut donc comprendre que ces boulettes de fausse viande ont été fabriquées à partir d’une multitude d’aliments, qui ont été manipulés chimiquement et mécaniquement afin de reproduire la texture, la saveur et tout particulièrement la réaction de la viande en présence de chaleur. Afin de rendre le produit plus savoureux, on y ajoute du sel et une bonne quantité de matière grasse (huile de coco). Pour lui permettre de conserver une forme bien définie, on le mélange avec de la gomme de Konjac et de la gomme de xanthane. Pour conclure, on intègre la molécule miracle nommée hème à la mixture et on procède à une cuisson qui rendra la boulette bien dorée (voire légèrement calcinée). Au final, on peut sans aucun doute considérer cette galette d’hème et de légumes pressés comme un aliment transformé. Suivez-vous mon raisonnement jusque-là? 

D’autre part, on réalise aussi rapidement que les gens qui désirent réduire (ou cesser) leur consommation de viande ont aussi comme objectif d’améliorer leur santé. À mon avis , il serait intéressant de vérifier si consommer de la viande rouge non transformée est plus dommageable pour la santé que de manger une boulette de hamburger réalisée à partir d’une liste d’ingrédients plus longue que son bras.

Si vous désirez en savoir davantage au sujet de la transformation des aliments, cet article de mon collègue Bernard Lavallée (le nutritionniste urbain) est très intéressant!